Cinéma >Les acteurs > Albert Finney

Albert Finney
Acteur, Producteur

Biographie

  Albert Finney


Né le 9 mai 1936 à Salford, petite ville industrielle d'Angleterre, Albert Finney est tombé très jeune dans la marmite du jeu, puisqu'il se produit dans une quinzaine de spectacles scolaires tandis que son père fait des ravages dans le métier, alors illicite, de bookmaker ! Son talent lui permet de décrocher une bourse à la Royal Academic of Dramatic Arts, où il côtoie de futures pointures comme Alan Bates ou Peter O'Toole. En 1955, il fait ses classes au Birmingham Repertory Company et se fait repérer par Charles Laughton, qui lui propose de jouer à ses côtés "The Party" sur la scène londonienne. C'est en 1960 qu'il démarre sa carrière grand écran, dans la mouvance du Free Cinema britannique, dont Lindsay Anderson est l'un des chefs de file. Un second rôle dans Le cabotin, de Tony Richardson, et toujours en 1960, le premier dans Samedi soir, dimanche matin, où il s'impose en ouvrier révolté sous la direction du militant Karel Reisz. Ne lui manque plus qu'un grand succès populaire, qui déboule trois ans plus tard grâce au cabriolant Tom Jones, avec à la clé une première nomination à l'Oscar... et 10 % des recettes du film ! Promu star, Albert Finney résiste aux sirènes de Hollywood, préférant revenir régulièrement à la scène ou s'essayant à la production en créant "Memorial Films", qui s'oriente vers la découverte de jeunes cinéastes. L'acteur signe également, en 1967, la réalisation de Charlie Bubbles, sur la crise d'un écrivain à succès, un coup d'essai qui reste à ce jour sans suite (mis à part un téléfilm en 1984). Hormis son incarnation truculente d'un Hercule Poirot soucieux de résoudre Le crime de l'Orient express (seconde citation à l'Oscar) en 1974, Finney se fait alors plutôt rare au cinéma, privilégiant la scène jusqu'à son retour en fanfare, au début des années 80, cette fois sous la bannière américaine. C'est ainsi qu'il enchaîne le thriller futuriste (Looker), la SF horrifique (Wolfen), la comédie musicale chantilly (Annie) et le drame conjugal (L'usure du temps, l'un des meilleurs films d' Alan Parker). Plus controversées seront ses performances à la limite de l'emphase dans Au-dessous du volcan, dans lequel il joue un consul alcolo pour John Huston, et dans L'habilleur de Peter Yates, où il tyrannise une troupe de théâtre. Troisième et quatrième citation à l'Oscar tout de même... On peut le préférer en caïd irlandais dans le raffiné Miller's crossing des frères Coen, comme en austère prof de littérature dans le bouleversant Les leçons de la vie. Plus que jamais éclectique, on l'a revu récemment en père despotique dans Washington square, en écrivain maudit et provocateur dans Breakfast of champions, et ce mois-ci en avocat à bout de souffle, employeur de la turbulente Erin Brockovich.

Filmographie

  Albert Finney


Affiche de La vengeance dans la peau
La vengeance dans la peau

Affiche de Voyage à deux
Voyage à deux

Affiche de Miller
Miller's crossing

Affiche de Big Fish
Big Fish












Recherche :
Titre de films :
A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  LE  LES  LA  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z








© Cinéma Passion 2001-2019







112 visiteurs connectés