Cinéma >Les acteurs > James Stewart

James Stewart
Acteur

Biographie

  James Stewart


Natif de Pennsylvanie en 1908, fils d'un quincaillier et diplômé d'architecture, James Stewart fait ses débuts devant la caméra à l'âge de 26 ans, avec des rôles mineurs dans des comédies : Sa femme et sa dactylo (1936), où il donne la réplique à Jean Harlow et Clark Gable, des thrillers, des drames ou encore des comédies musicales : Born to Dance.

C'est sous la direction de Frank Capra dans Vous ne l'emporterez pas avec vous (1938) que Stewart accède au rang de star. Comédie romantique et déjantée, le film est un immense succès (Oscar du meilleur film et meilleur réalisateur). L'année suivante, en incarnant Mr. Smith au sénat, Stewart devient le héros capraïen par excellence, associant pour toujours sa silhouette dégingandée à un héros maladroit et naïf, dont l'intégrité inébranlable triomphe toujours de la corruption et de l'adversité. M. Smith remporte l'oscar du meilleur scénario et du meilleur montage, et vaut à Stewart une nomination à celui du meilleur acteur ? récompense qu'il décrochera en 1940 pour son rôle face à Katharine Hepburn et Cary Grant dans Indiscrétions de George Cukor.

La même année, un an avant de s'engager dans l'armée, il est le héros d'un autre classique de la comédie romantique, The Shop Around the Corner (1940), d'Ernst Lubitsch. Après la guerre, dont il sort promu Colonel (suite à cette expérience, il sera tenté de délaisser le métier d'acteur pour se consacrer à une carrière dans l'armée!), il retrouve Capra une dernière fois pour La Vie est belle(1946). Ode aux valeurs familiales, le film est un flop au moment de sa sortie, mais est aujourd'hui plébiscité par le public américain au moment des fêtes de Noël.

En 1948 La Corde marque sa première collaboration avec le maître du suspens, Alfred Hitchcock. Il y aura aussi Fenêtre sur cour, aux côtés de Grace Kelly, The Man Who Knew Too Much (1956) avec Doris Day, enfin Sueurs froides (1958) où il s'éprend de la mystérieuse Kim Novak. Tout comme Cary Grant, Stewart incarne tout un pan du cinéma Hitchockien, jouant les détectives amateurs obstinés, bravant les dangers seul contre tous dans des classiques du suspens.

Anthony Mann le dirige dans pas moins de 8 films dans les années 50, des westerns comme L' Appât et L' Homme de la plaine, où il a l'occasion de défendre des personnages moins policés qu'à l'accoutumée, bien que toujours positifs, mais aussi un biopic : Romance inachevée, sur la vie du jazzman Glenn Miller Sa passion pour la musique est à l'origine d'une petite brouille avec Mann: contre son avis, Stewart insistait pour jouer lui-même de la trompette, mais sans le talent nécessaire pour le faire...

On retient aussi Le Voyage fantastique, comédie dramatique où il donne la réplique à Marlene Dietrich, et Sous le plus grand chapiteau du monde (1952) où, à contre-emploi, il incarne un clown sous la direction de Cecil B. DeMille, aux côtés de Charlton Heston. Il est le rôle titre dans L' Odyssee de Charles Lindbergh de Billy Wilder avant de retrouver Kim Novak sous la direction de Richard Quine dans L' Adorable Voisine .

Il apparaît à un rythme moins soutenu dans les années 60 et 70, toujours aux côtés des plus grands : chez Otto Preminger pour Autopsie d'un meurtre(1959), " film de procès "; puis chez John Ford. Il y incarnera les shérifs, les baroudeurs et cow-boys d'âge mûr, héros mythiques d'un pan de l'histoire américaine; notamment dans L' Homme qui tua Liberty Valance, aux côtés de Lee Marvin et John Wayne.

Viennent ensuite un film de guerre dramatique, Le Vol du Phénix (1965) avec Richard Attenborough, et d'autres westerns qui lui offrent ses derniers grands rôles. Andrew V. McLaglen le dirige dans Les Prairies de l'honneur(1965), Rancho Bravo(1966), et Bandolero !(1968) où il joue aux côtés de Raquel Welch, puis en 1976 c'est Le Dernier des géants, de Don Siegel, face à John Wayne.

En 1978 il fait une apparition face à Robert Mitchum dans Le Grand sommeil de Michael Winner , et reçoit un deuxième Oscar en récompense pour sa carrière en 1984. Son dernier grand engagement, dans les années 80/90, sera de lutter contre la colorisation des films en noir et blanc. Il aura tourné dans 96 films sur près de 60 ans de cinéma.

James Stewart meurt le lendemain de la mort de son ami Robert Mitchum, le 2 juillet 1997. Il est enterré dans le Forest Lawn Memorial Park à Glendale (Californie).

Filmographie

  James Stewart


Affiche de Fenêtre sur cour
Fenêtre sur cour

Affiche de Les cheyennes
Les cheyennes

Affiche de Harvey
Harvey

Affiche de L
L'homme qui tua Liberty Valance












Recherche :
Titre de films :
A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  LE  LES  LA  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z








© Cinéma Passion 2001-2019







167 visiteurs connectés